Les différences entre un gîte, une chambre d’hôtes et une table d’hôtes en France.

Vous songez à ouvrir une maison d’hôtes en France et vous vous demandez quelles sont les principales différences entre un gîte, une chambre d’hôtes et une table d’hôtes. Cet article résume les caractéristiques de chaque logement.

Ouverture d’un gîte en France

Un gîte est une location de logement à court terme pour les vacanciers. Le gîte peut être un appartement, une maison ou un chalet. La plupart des gîtes sont indépendants et le propriétaire peut également fournir des services supplémentaires tels que des services de nettoyage, des draps de lit ou des activités (visites guidées, cours de yoga, retraites).

Un gîte peut être déclaré comme activité professionnelle, donc inscrit au Registre du commerce. Ou bien il peut s’inscrire en tant qu’activité non professionnelle appelée Loueur Meublé Non Professionnel (LMNP), s’il s’agit d’une source de revenu secondaire.

Ouverture d’une chambre d’hôtes en France

Une chambre d’hôtes est l’équivalent français d’une maison d’hôtes ou d’une chambre d’hôtes. Les clients passeront la nuit chez vous et leur séjour comprendra également le petit-déjeuner. Il y a quelques règlements à respecter. Par exemple, une chambre d’hôtes ne peut avoir que 5 chambres et peut accueillir un maximum de 15 personnes.

La chambre d’hôtes doit être meublée, doit être équipée de draps et doit inclure le petit-déjeuner. Le séjour est facturé nuit par nuit. Si vous prévoyez de servir des boissons alcoolisées à vos invités, vous devrez demander une licence de boisson à votre Mairie et suivre une formation appelée formation permis d’exploitation.

Ouverture d’une table d’hôtes en France

La table d’hôtes s’adresse aux propriétaires de chambres d’hôtes désireux d’offrir un dîner à leurs hôtes. Encore une fois, il y a des règlements à respecter. Par exemple, le propriétaire de la table d’hôtes ne doit proposer qu’un seul menu, composé de préférence de produits du terroir. Cela signifie que vous ne pouvez pas offrir deux entrées, deux repas principaux et trois desserts.

Les repas doivent être pris à la table familiale avec le propriétaire. Si vous envisagez de servir de l’alcool, vous devrez faire une demande de licence de boisson auprès de votre Mairie appelée licence petite restauration et suivre une formation obligatoire appelée permis d’exploitation par étapes d’un coût d’environ 250. Enfin, le dîner ne peut pas être servi au commerce de passage ou vous devrez vous conformer aux règlements du restaurant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *