Le cerveau peut rester en vie jusqu’à 10 minutes après la mort clinique.

Le cerveau humain ne cesse d’étonner les médecins et les scientifiques. Dans ce cas, les plus surpris ont été les médecins d’une unité de soins intensifs au Canada qui, après avoir débranché le système de survie de quatre patients en phase terminale, ont réalisé que l’un d’eux enregistrait encore une activité cérébrale 10 minutes après sa mort.

Ainsi, après avoir confirmé le décès du patient, des ondes cérébrales caractéristiques d’un état de sommeil profond étaient encore enregistrées. Cela a déconcerté les spécialistes, qui n’ont pas encore été en mesure de trouver une explication à ce phénomène. Cela relance aussi les discussions sur l’expérience de la mort.

L’activité cérébrale est enregistrée après la mort clinique.

Le cas curieux s’est produit au Canada lorsque, après avoir débranché le système de survie d’un groupe de quatre patients en phase terminale, on a observé que le cerveau de l’un d’eux était encore actif. Plus précisément, 10 minutes après la confirmation de la mort, des salves d’ondes delta ont été observées ; les salves d’ondes delta surviennent lorsque les gens sont dans un état de sommeil profond.

Ainsi, à partir d’observations telles que l’absence de pouls et l’absence de réactivité des pupilles, le décès du patient a été confirmé ; cependant, le cerveau de ce patient a continué à montrer une activité. Sur ce point, l’équipe responsable du patient a commenté :

« L’onde delta unique a persisté après l’interruption de la fréquence cardiaque et de la tension artérielle. »

Ainsi, chez trois des quatre patients, l’activité cérébrale a cessé lorsque le cœur a cessé de battre ; cependant, le cerveau de ce quatrième patient a continué à montrer une activité jusqu’à 10 minutes et 38 secondes après la mort clinique.

À cet égard, les spécialistes soutiennent que l’expérience de la mort peut être différente pour chaque personne ; dans ce cas, des différences significatives ont été observées entre l’activité cérébrale de ces quatre patients avant et après la mort.

Comment le cerveau peut-il rester en vie après la mort ?

Il n’existe pas de cas semblables à celui du Canada, de sorte qu’il est difficile d’expliquer ce phénomène. Ce qui s’en rapproche le plus est peut-être ce que l’on appelle les ” ondes de la mort “. Cela a été étudié en 2011 lorsque, après avoir décapité un groupe de rats, on a observé que leur cerveau montrait encore une activité cérébrale pendant 1 minute après leur mort.

Cependant, les spécialistes n’ont pas trouvé l’équivalent humain de ce phénomène. Il est donc difficile de postuler des explications biologiques à ce qui s’est passé. Ainsi, une hypothèse qui s’est renforcée est celle des erreurs au moment de l’évaluation.

En ce sens, en l’absence de causes biologiques vérifiables, une erreur a été soupçonnée dans l’équipement médical. Toutefois, les machines ne présentaient aucun signe de mauvais fonctionnement. Cette hypothèse ne peut donc pas non plus être confirmée.

Pour l’instant, les spécialistes sont prudents lorsqu’il s’agit de donner des explications, car il n’y a pas de causes vérifiables pour comprendre le phénomène. Ce qui est clair, c’est que les expériences post-mortem restent un mystère pratiquement impossible à étudier.

Jusqu’à présent, ce qui se rapproche le plus de ce phénomène, ce sont deux études qui ont permis de découvrir plus de 1 000 gènes humains qui ont augmenté leur activité après la mort. Cependant, il est clair qu’il y a un vide autour de ce domaine d’étude.

Enfin, les spécialistes affirment que, bien que les observations ne soient pas concluantes et qu’il ne soit pas possible de développer des explications biologiques, il s’agit néanmoins d’un cas extraordinaire et surprenant qui nécessite une étude plus approfondie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *