Visite des ruines de l’abbaye romane de Jumièges près de Rouen

Les vestiges de l’Abbaye romane de Jumièges sont parmi les plus belles ruines de toute la France. Il s’agit d’une belle excursion d’une journée au départ de Rouen en Normandie.

Les ruines de l’ancienne abbaye bénédictine de Jumièges en Seine-Maritime en Haute-Normandie sont considérées par beaucoup comme les plus belles ruines de France. Cette énorme abbaye romane a été construite du vivant de Guillaume le Conquérant, mais elle a été détruite après la Révolution française, quand une grande partie de l’église et des bâtiments adjacents ont été utilisés comme une carrière. La façade ouest avec ses tours jumelles, la nef et de petites parties du transept, la tour lanterne et le chœur ont survécu. Jumièges – une vue trois étoiles Michelin – se trouve à une courte distance en voiture de Rouen. Un magasin d’usine Christofle situé à proximité vend de l’argenterie de haute qualité à prix réduits.

L’abbaye de Jumièges en Normandie, France

L’abbaye bénédictine de Jumièges a été fondée en 654 sur les terres de la Couronne par Saint Philibert. Tout au long de son histoire, l’abbaye a souvent bénéficié d’un soutien royal. Les abbés étaient souvent proches des familles dirigeantes, ce qui a permis à Charlemagne, par exemple, d’exiler le duc Tassilo III après que les Francs aient vaincu les Bavarois.

Jumièges bénéficie d’un bel emplacement à l’intérieur d’un des nombreux grands virages en S que la Seine fait en serpentant entre Rouen et l’océan Atlantique. Ce bel emplacement a contribué aux problèmes de l’abbaye : il était très visible depuis la Seine et Jumièges a été attaqué et le complexe du monastère carolingien a été détruit en 841 par les Vikings.

Les Vikings s’installent au Xe siècle et avec Jumièges pouvant désormais compter sur le soutien des ducs de Normandie, l’abbaye peut reprendre ses activités. Une grande église romane fut construite et consacrée en 1067 en présence de Guillaume, duc de Normandie, plus connu aujourd’hui sous le nom de Guillaume le Conquérant ou roi Guillaume Ier d’Angleterre. (Il était également présent à l’inauguration de la cathédrale de Bayeux une décennie plus tard.

Jumièges était l’un des plus grands monastères de France avant les guerres de religion au XVIe siècle. Au Moyen Age, il était particulièrement connu pour les livres produits dans le scriptorium.

L’abbaye a été pillée par les Huguenots pendant les guerres de religion et Jumièges ne retrouvera jamais sa gloire d’antan. Mais c’est la Révolution française qui a finalement fait entrer l’abbaye. En 1793, le complexe est vendu à un marchand de bois. Il a fait sauter la plus grande partie de la tour de la lanterne centrale et du chœur pour utiliser les décombres comme carrière.

Le site a été acheté par la famille Lepel-Cointet en 1852. La famille a essayé de préserver les structures restantes et a finalement vendu le site à l’État français peu après la Seconde Guerre mondiale.

Les ruines de l’église abbatiale de Jumièges

Les vestiges de l’abbaye témoignent encore aujourd’hui de l’existence d’un complexe glorieux depuis des siècles. L’église romane Notre Dame était immense, comme en témoignent les murs de l’église qui a survécu à la destruction après la Révolution française.

La façade ouest de l’église abbatiale de Jumièges est la plus ancienne façade romane jumelée de Normandie. Bien que dans un style normando-roman austère, la structure en saillie entre les deux tours rappelle la tradition carolingienne qui est plus courante dans les églises romanes allemandes que dans les églises françaises.

Une grande partie de la façade ouest avec porche en saillie et les deux tours ont survécu. Les tours ont une hauteur de 46 m (140 pieds) – elles n’ont perdu leurs flèches que vers 1830. Une seule tourelle à poivrière a survécu sur les restes de la tour de la lanterne.

Les murs de la nef de 25 m de haut et de 88 m de long sont pour la plupart intacts, tandis que la partie de la tour-lanterne attachée à la nef est toujours debout. La plupart de la tour centrale, le transept et le chœur gothique ont été détruits avec les pierres vendues. Les nefs latérales sont encore couvertes de voûtes d’ogives, mais le toit de la nef était typiquement roman avec une structure en bois et donc disparu depuis longtemps.

Le chœur a été reconstruit en 1267-70. Dans le même temps, le transept a fait l’objet d’un relookage gothique avec les arcs en ogive alors plus à la mode superposés aux originaux romans. Cependant, la plus grande partie du chœur et du transept a été détruite.

Autres structures de l’abbaye de Jumièges

L’ancienne église abbatiale est la plus impressionnante des ruines de Jumièges, mais d’autres structures de l’ensemble monastique sont également visibles.

Au sud de l’église principale se trouvent les vestiges de l’église Saint-Pierre. La plupart de ses ruines sont gothiques du 13ème et 14ème siècle mais les parties les plus intéressantes sont le porche et quelques baies de la nef qui sont carolingiennes. Ce sont les seuls vestiges du monastère carolingien qui ont été détruits par les Vikings.

Un passage reliant les deux églises a été nommé d’après le roi Charles VII, qui visita Jumièges au 15ème siècle. Le cœur d’Agnès Sorel, la maîtresse préférée de Charles a été enterré dans l’une des chapelles du chœur. (Pour des raisons politiques, Jacques Coeur de Bourges a été faussement accusé de l’avoir empoisonnée, également pour des raisons politiques).

La salle capitulaire (salle capitulaire) date du XIIe siècle et possédait l’une des plus anciennes voûtes d’ogives connues.

Le cloître comptait autrefois 26 baies dans ses quatre galeries typiques. L’une des galeries a été reconstruite au château de Highcliffe, près de Bournemouth, en Angleterre. Au centre du cloître se trouve un if qui date de cinq siècles. Les vestiges des grandes caves datent de la fin du XIIe siècle – les étages supérieurs ont été ajoutés plus tard.

Les visiteurs peuvent également explorer les grands jardins – 15 ha entourés d’un mur de 2,5 km de long. Il s’agit en grande partie d’une pelouse, mais un jardin à la française, avec de belles vues sur les ruines, se trouve au sud-est de l’église. L’hébergement de l’abbé classique du XVIIe siècle n’est actuellement pas ouvert au public mais abritera un musée.

Par beau temps, les visiteurs peuvent jouer aux échecs ou aux tiroirs dans le jardin. Les œuvres d’art sont fréquemment exposées dans le jardin ou dans la portique, qui a été largement reconstruite et agrandie au XIXe siècle dans un style néo-gothique, néo-renaissance.

L’abbaye de Jumièges est souvent décrite comme les plus belles ruines de toute la France. Victor Hugo l’a décrit comme encore plus beau que Tournus (sur la Saône en Bourgogne) alors que l’historien Robert de Lasteyrie l’a décrit comme l’une des ruines les plus admirables de France. Pour Michelin, Jumièges est l’une des ruines les plus impressionnantes de France et une vue trois étoiles bien méritée.

Informations pour les visiteurs de l’abbaye de Jumièges

L’Abbaye de Jumièges est ouverte tous les jours de la mi-septembre à la mi-avril de 9h30 à 13h et de 14h30 à 17h30. En été, de mi-avril à mi-septembre, l’abbaye est ouverte sans pause déjeuner de 9h30 à 18h.

L’abbaye est fermée les 1er janvier, 1er mai, 1er et 11 novembre et 25 décembre.

L’entrée est de 6 € pour les adultes, de 4 € pour les 18-25 ans et gratuite pour les enfants de moins de 18 ans.

Les animaux ne sont pas admis à l’intérieur du complexe.

La signalisation de l’abbaye est très limitée, surtout une fois éloignée de l’entrée principale. Prenez un dépliant gratuit avec description et carte à la billetterie.

Les visiteurs peuvent louer un iPad avec un modèle 3D de quatre sites montrant avec des superpositions à quoi auraient dû ressembler les bâtiments. L’application est également disponible gratuitement sur le site web de Jumièges – assurez-vous de télécharger toutes les données si vous prévoyez d’utiliser l’application sans wifi sur les ruines. Il contient des vidéos, de l’audio, des photos et un jeu pour améliorer une visite à Jumièges ou simplement profiter d’une visite virtuelle.

Entre Jumièges et Rouen se trouve l’Abbaye St Georges dans la petite ville de St Martin de Boscherville. Cette abbaye possède également une grande église romane qui montre dans une certaine mesure l’échelle et ce à quoi Jumièges devait ressembler, bien que Jumièges ait été artistiquement beaucoup plus accompli. L’art et les décors sont ici plus grossiers et simplistes qu’à Jumièges. L’accès à l’église est gratuit, mais la visite des autres bâtiments du monastère est payante.

Transport jusqu’à Jumièges

Jumièges se trouve sur la rive nord de la Seine à l’intérieur d’un promontoire de la rivière aux méandres près de Rouen en Seine Maritime, en Haute Normandie. L’abbaye est facilement accessible en voiture – notez aussi les services de ferry gratuits à travers la Seine si vous arrivez par le sud. Les 30 km à l’ouest de Rouen ne devraient prendre qu’une demi-heure en trafic léger sur les routes de campagne ou à une heure environ du Havre, Honfleur ou Etretat.

De nombreux parkings sont disponibles juste en face de la maison de gardien. Le bureau de poste devant l’abbaye appartenait autrefois à Charles Brohy, oncle de Maurice Leblanc, qui a souvent visité et inclus Jumièges dans le roman d’Arsène Lupin La Comtesse de Cagliostro.

Le bus Seine Maritime 30 passe parfois par Jumièges (et St Martin de Boscherville) avec un arrêt juste en face de l’abbaye mais en basse saison ne passe souvent pas par Jumièges. Dans ce cas, utilisez l’arrêt Yainville-Centre, qui se trouve à 3 km à pied de l’abbaye. Le trajet de Yainville à Rouen dure environ 40 minutes et le bus fonctionne au moins toutes les heures (deux heures le dimanche).

Yainville est aussi le siège d’un studio et d’une usine Christofle. Ce célèbre fabricant français de couverts en argent, argenterie et acier inoxydable dispose d’un magasin d’usine à la Route de Duclair (tél 02 3505 9210) – ouvert du mardi au samedi de 10h à 18h. Le magasin est bien signalé et sur la D982 en quittant Yainville en direction de Duclair et Rouen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *