Le lieu, l’heure, le costume et le style déterminent ce qui vous convient le mieux.

Ce n’est pas seulement un autre ornement ou un simple complément. C’est l’accessoire masculin par excellence, capable de survivre à toutes les modes. Et une cravate en dit long sur vous. Dans un environnement professionnel, cela fait même partie de la première impression que vous faites sur les autres. C’est pourquoi il est si important de savoir choisir celui qui convient le mieux non seulement à vos goûts mais aussi au protocole, à l’heure de la journée, au temps ou au reste des vêtements qui l’accompagneront.

Cette saison, ce sont les mini imprimés à base de fleurs ou d’animaux qui dictent la tendance, mais aussi les points et rayures classiques qui trouveront leur place parmi les propositions des principales marques de luxe. Mais avant d’acheter cette dernière, prenez connaissance des 5 règles d’or avant de choisir la cravate parfaite :

Taille de la cravate

Standard : la version traditionnelle, celle qui représente parfaitement les canons de ce que nous appelons communément la cravate et la plus utilisée dans le monde. Ils mesurent environ 6 à 7 centimètres de large et conviennent généralement à tous les types de combinaisons, en particulier les plus classiques. Dans les événements les plus formels, n’hésitez pas.

Finas : bien qu’ils aient été considérés il y a quelques années comme un symbole de modernité, aujourd’hui les “maigres” ne sont plus aussi courants et ont été réservés à ceux qui fuient les classicismes. Ils sont également recommandés pour les petits hommes car leurs centimètres, entre 4 et 6, en font le meilleur choix pour ce type de corps pour l’effet visuel qu’on obtient avec eux. Portez-les dans des costumes minces avec des rabats minces et toujours dans des contextes plus décontractés.

Large : dans ce cas, la lame mesure entre 8 et 10 centimètres, donc c’est super si vous avez un teint fort car ils occupent une plus grande surface du torse. Sinon, elles seront excessives, car elles peuvent sembler s’écarter des années 1970.

Tissus de la cravate pour homme

Soie : les classiques. A l’intérieur on peut trouver différentes catégories en fonction de leur qualité ou des pourcentages qu’elles portent dans leur composition mais, elles sont toujours infaillibles et vont se porter avec n’importe quel costume.

Laine : étant de texture plus grossière, il est préférable de les éviter dans les looks nocturnes. Au lieu de cela ils vont bien pour les costumes plus épais que l’hiver portent pour faire face aux basses températures.

Point : comme pour la laine, réservez-les exclusivement pour la journée et lorsque l’étiquette n’exige pas une formalité excessive. Ils sont légers, confortables et avec un style plus jeune qui les rend parfaits pour la saison printemps-été.

Noeuds pour homme

Quatre en main’ : C’est le plus simple et le plus facile à faire car il accepte toutes les cravates. Aussi connu sous le nom d’américain, il est incroyablement polyvalent et est le plus recommandé pour les chemises à col étroit. Vous devez suspendre les deux extrémités de façon à ce que l’extrémité la plus étroite soit presque la moitié de la hauteur de la largeur. Traversez l’extrémité large derrière le détroit, traversez-le encore cette fois devant et derrière. Insérez l’extrémité large au centre du nœud pour terminer et serrez jusqu’à ce qu’elle s’adapte au cou.

 

Windsor : est la plus formelle de toutes, elle est donc réservée exclusivement aux événements plus formels comme les mariages. Même dans ces cas-là, vous devez faire attention avant de le faire parce qu’il ne fonctionne pas avec tous les types de costumes ou de chemises de sorte que ce dernier doit avoir un large cou ou paré, sinon la chemise aura l’air trop grande. Il faut aussi une cravate en soie classique, large et avec beaucoup de tissu pour bien faire le noeud.

Medio Windsor : est probablement celui que vous utilisez le plus dans votre vie quotidienne. Il s’impose moins que son grand frère et pour l’attacher il vous faudra une longue cravate moins large que dans le cas précédent afin qu’il ne paraisse pas trop épais le résultat.

Bien que ces trois sont les plus communes, il y a beaucoup d’autres façons d’attacher votre cravate. Il y a le double nœud, avec deux tours avant à gagner en largeur ; le shelby, très semblable au Windsor ; ou le type d’arc, qui apparaît de la manipulation de la cravate comme un mouchoir.

Occasion

Travail : c’est probablement le contexte dans lequel la cravate est la plus demandée et où tout n’est pas permis. S’il s’agit d’un bureau traditionnel, il est préférable d’opter pour des modèles standard, en soie ou en laine selon la période de l’année et unis. Si vous allez recourir à des tirages, qu’ils soient basés sur des rayures, des grains de beauté ou des carrés et de préférence dans des tons discrets. Laissez les dessins ou les couleurs stridentes pour le loisir.

Mariages ou événements formels : dans ce cas, les règles sont très similaires à l’environnement de travail et la discrétion est généralement la meilleure ressource. Veillez à ce qu’il corresponde au style et à la couleur du costume choisi, et portez-le toujours avec une chemise blanche. S’il s’agit d’une cérémonie de jour, optez pour des tons clairs et utilisez les tons foncés s’il est tard dans la nuit.

Loisirs : tout est évidemment permis ici. Votre imagination est la seule limite quand il s’agit de choisir une cravate pour accompagner votre style pour un rendez-vous nocturne ou une fête informelle. Si vous ne voulez pas être formel, laissez le costume à la maison et portez les versions tricotées de cet accessoire avec jeans, chemise et veste en cuir ou veste de bombardier.

Manuel de style

Une fois le type de cravate choisi en fonction de sa forme, de son tissu ou du moment où elle va être utilisée, il y a une série de “règles” à prendre en compte lors de son port.

Le premier d’entre eux est le long. Il est très important que le bout de la cravate atteigne juste au-dessus de la taille ou, à défaut, quelques centimètres au-dessus. Vous ne devez jamais dépasser cette limite.

Un autre aspect à considérer est que le noeud doit recouvrir parfaitement les boutons de la chemise et être centré entre ceux du col de la chemise si vous les avez. Une chemise qui, soit dit en passant, ne peut jamais être d’une couleur plus foncée que la cravate.

Le pli dit ” creux ” est un autre détail à prendre en compte une fois le nœud de cravate fait. C’est la touche finale qui fait la différence. Elle doit être centrée et naturelle. Pour ce faire, il suffit d’appuyer légèrement juste en dessous du nœud ou de tirer sur l’extrémité fine.

Si vous l’accompagnez d’une épingle ou d’une pince à cravate, il est important que l’un d’entre eux soit parfaitement centré entre le troisième et le quatrième bouton de la chemise, sinon il ruinera l’élégance de la touche.

Enfin, osez jouer avec le mouchoir. Bien qu’il y ait toujours eu une tendance vers un monochrome total entre la cravate et le foulard, la vertu du style réside dans l’audace. Vous pouvez donc choisir de combiner les tirages ou si vous préférez être plus prudent, optez pour l’un d’eux avec des dessins et l’autre dans un ton similaire en clair.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here