Découvrir la Faune et Flore Picarde

Plus de 310 kilomètres de voies navigables traversent la Picardie, environ un cinquième de sa superficie est couvert de forêts, notamment dans la région de Soissons. En Champagne, les vignobles abondent, et quelques rivières et canaux traversent le paysage de Saint Quentin. De nombreux oiseaux migrateurs utilisent sa bouche comme halte sur leur route et pondent leurs œufs dans la région. 220 hectares de dunes, marais et forêts de la Somme sont consacrés au Parc du Marquenterre, un espace protégé pour les oiseaux.

Les oiseaux migrateurs de la Somme

La Baie de Somme, avec ses 7 200 ha, est le plus grand estuaire du nord de la France et un lieu de repos pour les oiseaux lors des grandes migrations (plus de 340 espèces). C’est aussi un site de reproduction d’espèces européennes rares, comme le butor ou la sarcelle, et nous avons également trouvé une colonie de phoques tachetés qui y a été réinstallé après avoir presque disparu dans les années 1950.

L’Aisne des cinq paysages

Le département de l’Aisne se caractérise par des paysages variés qui changent tous les 60 km. Un cinquième de son territoire est boisé et compte 310 km de voies navigables. Ses cinq territoires sont représentatifs de cinq paysages différents : Thiérache et son paysage morcelé, Laonnois avec ses collines et ses montagnes, les vignobles champenois de la vallée de la Voile, les forêts de Soisson et les canaux et rivières de la région de Saint-Quentin.

La forêt de l’Oise

Le département est couvert de 122 316 ha de forêt. Il s’agit notamment de Compiègne, Ermenonville, Halatte, Laigue, Chantilly et Hez-Froidmont. Il s’agit essentiellement de forêts de chênes et de hêtres. Dans la forêt de Halatte, on trouve des joncs, des lis et des champignons.

Le parc ornithologique du Marquenterre

Le parc ornithologique du Marquenterre, qui fait partie de la réserve naturelle de la Baie de Somme, a été créé en 1973. Avec ses 220 hectares de dunes, de forêts et de marais qui gagnent du terrain sur la mer, c’est l’une des haltes privilégiées pour les milliers d’oiseaux migrateurs qui s’y arrêtent pour quelques heures ou toute une saison.  C’est l’une des étapes des corrélimos sibériens, les balanes blanchies des terres arctiques ou les spatules qui reviennent d’Afrique.  Deux itinéraires d’observation (3,5 et 5 km) ont été créés pour suivre l’évolution de ces oiseaux volatiles, ce qui vous permet de découvrir de plus près les avocets, les tadornas et les échassiers qui viennent pondre, se nourrir, se reposer ou s’accoupler. Il y a aussi une visite éducative qui offre aux visiteurs la possibilité de commencer à reconnaître les oiseaux les plus communs. Il est recommandé d’apporter des jumelles pour mieux observer les oiseaux (vous pouvez aussi les louer sur place) et vous rendre aux postes d’observation qui marquent l’itinéraire, bien qu’il soit préférable de demander les services d’un guide (réserver à l’avance). Outre les postes d’observation, le Parc ornithologique du Marquenterre abrite un restaurant, le Bistrot de Marquenterre, qui propose des plats à base de produits du terroir. Le magasin vend une grande sélection de produits locaux et artisanaux et contient une librairie spécialisée. nLe parc organise également des conférences, des expositions et des événements.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *